Project Description

Vous aussi, vous avez un talent et vous voulez le partager ?

Partagez-le !

En toute intimité…

Sa biographie

C’est au sein de la communauté familiale que Quentin Blumenroeder, se passionna pour l’orgue.  Il cherchait à allier sa passion de la mécanique et de la musique. Voulant changer d’horizon, à l’âge de 16 ans, il fit venir dans ses montagnes des ouvrages sur l’orgue. C’est en gardant les moutons qu’il dévora cette littérature consacrée à l’orgue.  Adolescent à la campagne, le clavecin familial et sa musique, ainsi que la mécanique, étaient ses principaux centres d’intérêts. Le métier de facteur d’orgues lui a permis d’allier les deux.

Quentin Blumenroeder reçut sa première formation en facture instrumentale pendant trois années passées dans un atelier de restaurations et de constructions d’instruments de musique mécanique (pianolas, limonaires, orgues de barbarie) au sein des Ateliers Robert Hopp près de Carpentras. Cette expérience lui a permis de se familiariser avec les systèmes à tractions pneumatiques. C’est en fréquentant assidument les ateliers Quoirin qu’il décida de travailler dans les orgues d’églises. Ce fut pour lui l’occasion de fouler les bancs d’école pour la première fois de sa vie, en suivant les cours du CNFA d’Eschau, classe de facteur d’orgues.

Il a ensuite passé sept années au sein de l’atelier Rémy Mahler, pendant lesquelles il participe à de nombreuses constructions d’orgues neufs, ainsi que des relevages et des restaurations.

Il obtiendra pendant cette période son CAP de facteur d’orgues et le Brevet de Compagnon.

Quentin Blumenroeder a complété sa formation par une année passée auprès de Bernard Aubertin, facteur d’orgues à Courtefontaine (Jura).

De plus, la fréquentation régulière des ateliers de Monsieur Emile Jobin, facteur de clavecins à Paris, lui a permis d’acquérir la maîtrise des techniques anciennes (colles et finitions) qui lui tiennent tant à cœur. C’est avec Emile Jobin qu’il se perfectionna au métier d’accordeur de clavecins.

En 1998, il créa la « Manufacture Blumenroeder ». Il sera plus tard lauréat du grand prix régional des métiers d’art SEMA. Il remporta également le prix Départemental Stars et Métier 2008, de la Banque Populaire. Il fut pendant 10 ans chargé de cours au Conservatoire de Strasbourg où il enseignait les tempéraments et l’accord aux élèves clavecinistes et organistes.

La manufacture d’Orgues Blumenroeder

Lancée en 1998 par Quentin Blumenroeder, tout d’abord seul, puis très vite rejoint par un compagnon, la Manufacture d’Orgues Blumenroeder a rapidement pris de l’ampleur occupant, à l’heure actuelle, 8 salariés. L’activité de l’entreprise est résolument orientée vers la restauration et la construction neuve d’instruments à caractère historique.

La palette est ainsi très large, puisque de ses ateliers sortent de très petits instruments comme des Régales Renaissance, Organetti, Claviorganums, mais également des instruments plus importants à un ou plusieurs claviers, Orgues d’étude, Orgues coffre de continuo et des Orgues de salon. Ces instruments, très souvent destinés à des musiciens professionnels pour des utilisations concertantes, demandent un savoir-faire, une rigueur et une technicité très poussés. Ces qualités ont été mises à profit par Quentin Blumenroeder et son équipe pour mener à bien d’importants chantiers de restauration et de construction d’orgues d’églises. Une activité pour laquelle la Manufacture est de plus en plus connue, ayant à son actif des restaurations et reconstructions de plusieurs instruments de la célèbre lignée de facteurs d’orgues Silbermann (Saint-Thomas à Strasbourg, Marmoutier, Orgue du Musée des Arts Décoratifs à Strasbourg, Sainte-Aurélie à Strasbourg, Saint-Pierre-le-Jeune à Strasbourg, Bouxwiller, Eschentzwiller…) mais également de grands instruments comme l’orgue de Saint Séverin à Paris et bien d’autres…

Les collaborateurs de la Manufacture Blumenroeder sont tous passionnés par les techniques anciennes de finitions au rabot à main, collages à l’aide de colles organiques (os, peau, poisson), assemblages traditionnels. Ils mettent en œuvre au quotidien ces techniques, pour un respect total de la valeur historique des instruments qui leur sont confiés. Ces mêmes techniques sont mises en œuvre pour la construction d’orgues neufs. Quentin Blumenroeder, pour qui la qualité de la relation humaine dans le monde professionnel est érigée en passion, a su insuffler ces valeurs à son équipe. Anti-individualiste par conviction, il a, au fil des expériences, réussi à tisser un vaste réseau de compétences (musiciens, confrères facteurs d’orgues, scientifiques et chercheurs spécialisés dans l’histoire des sciences ou des arts, sculpteurs, peintres, doreurs…) qu’il n’hésite pas à solliciter pour la restauration ou la création d’œuvres dédiées aux musiciens et au répertoire.

Ces coups de cœur

  • Quentin Blumenroder, a livré à la Ville de Charolles, l’orgue le plus grand jamais réalisé.
  • La restauration de l’orgue de Sainte Aurélie à Strasbourg 2015. Il s’agit d’un André Silbermann de 1718. Pour Quentin Blumenroeder il s’agit là de l’instrument le plus réussi car il a su retrouver sa philosophie d’origine.
  • La construction d’un orgue coffre pour le Château de Versailles en 2013. L’orgue a été entièrement réalisé dans l’atelier de Quentin Blumenroeder
  • La restauration de l’orgue Walcker de l’église de Soultz-sous-forêts en 2012. Cette rénovation est aboutie et démontre que Quentin Blumenroeder n’est pas qu’un spécialiste de Silbermann.
  • La restauration de l’orgue Silbermann du Musée du Musée des Arts Décoratifs, à l’église Sainte Madeleine à Strasbourg en 2011. L’harmonie de cet orgue de 1719 est la mieux conservée. Il s’agit du seul instrument des Silbermann Alsacien dont l’intégralité des éléments mécanique est conservée. Seule une petite partie des tuyaux est neuve. Pour Quentin, c’est également sur cet instrument qu’il a le plus appris.
  • La restauration de l’orgue Silbermann de l’Abbatiale de Marmoutier classée Monument historique en 2009 – 2010. L’orgue Silbermann de 1709 fait partie des 2 ou 3 instruments les plus prestigieux d’Alsace. Il s’agit du plus ancien orgue d’Alsace conservé et l’un des plus connu mondialement.
  • Quentin Blumenroeder est également fier d’être le référent qui s’occupe des orgues au Musée de la Musique à Paris.

Identité

  • PRENOM NOM

    Quentin BLUMENROEDER

  • DATE  DE NAISSANCE

    17 janvier

  • LIEU DE RESIDENCE

    Haguenau

VOUS AUSSI, INSCRIVEZ-VOUS !

Comme Quentin BLUMENROEDER, vous pouvez vous aussi partager votre talent avec Haguenau, Terre de Réussites en remplissant notre formulaire ci-dessous…

  • En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations soient exploitées dans le cadre de la demande et que les données soient traitées par Haguenau, Terre de réussites. J'autorise la publication de ces données sur le site. *
  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.